📦 Retours gratuits. Livraison offerte à partir de 120€ (France métropolitaine)

Notre Charte de sélection

Protéger les femmes, les hommes et la planète

Notre mission est de sélectionner des marques de mode vraiment responsables.

Pour nous, ça veut dire des vêtements de marques qui répondent simultanément à 3 engagements :

100%

des vêtements confectionnés dans des usines respectant les minimas de l'Organisation Internationale du Travail.

90%

minimum de matières éco-responsables dans chaque vêtement.

75%

minimum de l'ensemble des vêtements d'une marque sont éco-responsables.

Qu'est-ce que tout cela veut dire concrètement ?

Accrochez-vous, voici la liste exhaustive des critères de sélection de WeDressFair.

👐 Respect du travail des femmes et des hommes

L'industrie textile est encore aujourd'hui trop souvent associée à des drames humains et des conditions de travail indignes.

Cependant, tous les pays de confection ne sont pas régulés par les mêmes lois. Certaines sont plus contraignantes et contrôlées que d'autres. C'est pourquoi nous avons décidé de les classer de 2 manières différentes :

Les garanties pour ces 2 cas sont différentes.

1/ Le cas des pays à risque et des usines de plus de 50 ouvriers.

Nous classons dans les pays plus à risque, les pays régulièrement sous les scandales de l'industrie textile, comme le Bangladesh, la Chine, le Viêtnam, etc... Pour établir cette distinction nous nous basons sur les données venant directement de l'OIT et le classement de la Confédération Syndicale Internationale (CSI) (catégories 3,4 et 5 considérées comme à risque).

Nous n'excluons pas de travailler avec des marques qui confectionnent dans ces pays mais en revanche nous demandons plus de garanties afin de s'assurer des bonnes conditions de travail et même au delà.

Cas exceptionnel : la Chine. Nous avons pris la décision de ne plus travailler avec la Chine même pour des usines labellisées (voir notre article prochainement ici).

Quelles sont les preuves que l'on demande ?

Afin de nous assurer que les marques sélectionnées s'engagent activement pour faire respecter les droits humains au travail, nous avons décidé de nous appuyer sur des labels et des certifications sérieuses. La plupart de ces marques vont bien au delà des standards sociaux minimaux des pays dans lesquels elles travaillent. Tous ces labels et certifications se basent sur les fondamentaux de l'organisation international du travail*.

Les labels que nous demandons :

FAIR WEAR FOUNDATION :

La Fair Wear Foundation travaille pour contrôler et améliorer les conditions de travail dans l’industrie textile. Cette fondation indépendante travaille en collaboration avec les entreprises adhérentes pour améliorer et assurer des conditions de travail décentes. Cette collaboration est matérialisée par le Code du Travail de la Fair Wear Foundation, basée sur 8 pratiques standards appuyées et inspirées par les conventions de l’OIT (Organisation International du Travail) et de la Déclaration internationale des droits de l’Homme.

FAIRTRADE :

Le système Fairtrade permet de certifier aux coopératives de petits producteurs l’assurance d'un prix juste et stable de leurs produits, ainsi que des relations commerciales plus durables par le biais de plusieurs labels. Ils vérifient aussi la structuration de l’organisation, ainsi que les mesures mises en place pour la protection de l’environnement et la sécurité des employés.

FAIRTRADE CERTIFIED :

Le label Fair Trade Certified (Factory Standard) est une norme de commerce équitable établie par Fair Trade USA qui s’adresse aux travailleurs du textile. Ce label permet d’accroître l’autonomie, le développement économique et l'organisation des travailleurs employés dans les usines textiles, et de garantir des conditions de travail équitables et des méthodes de production respectueuses de l'environnement.

GOTS :

GOTS pour Global Organic Textile Standard, est un label qui certifie non seulement des conditions de travail dignes (se basant sur les minimas de l'OIT) mais également le respect de l’environnement et certifie un produit qui n’atteint pas la santé de ceux qui les portent.

SA8000 :

SA8000 est le système de certification des fournisseurs de Social Accountability International (SAI). Il s'appuie sur les fondamentaux de l'OIT et autres standards pertinents, ainsi que l'obligation de verser un salaire vital (avec un délai de mise en place de 2 ans maximum). Il ne concerne que le site de production et non la chaine globale de production. La marque doit s'engager par ailleurs sur le suivi de sa chaîne globale.

*Qu'est-ce que les fondamentaux de l'Organisation Internationale du Travail ?

L’organisation internationale du travail (OIT), entend garantir des conditions de travail décentes au sein des pays membres des Nations Unies. Elle a donc défini 8 "conventions fondamentales" relevant des principes fondamentaux du droit du travail.

  1. Le travail est choisi et exercé librement (Conventions 29 et 105 de l’OIT).
  2. Interdiction à la discrimination au travail (Conventions 100 et 111 de l'OIT).
  3. Interdiction du travail des enfants (Conventions 138 et 182 de l’OIT).
  4. Liberté d'association et droit de négociation collective (Conventions 135 et 143 de l’OIT).
  5. Obligation de payer un salaire décent (Conventions 26 et 131 de l’OIT).
  6. Horaires de travail contrôlés et raisonnés (Convention 1 de l'OIT)
  7. Conditions de travail en toute sécurité (Convention 155 de l'OIT).
  8. Relation de travail juridiquement déclarée

2/ Le cas des pays moins à risque (Européen, moins de 50 ouvriers).

Pour les pays moins à risque, notamment les pays européens, et les usines de moins de 50 ouvriers, il est rare de trouver des usines labellisées par les plus grands labels (voir point 1). Effectivement il n'existe pas de standard international pour auditer des usines de cette taille (Discussion avec ICS en 2019). Pourquoi ? Car la taille de l'entreprise est considérée comme trop petite pour pouvoir appliquer les grands standards des labels. Cependant, les ateliers dans ces pays sont régulés et contrôlés par des lois fortes et contraignantes (Ex : droit du travail français).

Nota Bene : Les marques qui produisent dans des usines de moins de 50 ouvriers dans un pays à risque doivent se plier aux conditions du point 1. Si elles ne peuvent pas apporter la preuve de labels sociaux forts, elles ne passeront pas nos critères de sélection.

Quelles sont les preuves que l'on demande ?

Afin de nous assurer que les marques sélectionnées s'engagent activement pour faire respecter les droits humains au travail, nous avons décidé de demander la liste des usines de confection de chaque marque avec qui nous travaillons. Cela nous permet de mener nous mêmes notre petite enquête, de croiser les informations avec d'autres marques avec qui nous travaillons. Nous demandons en plus aux marques en question de signer des chartes éthiques afin de nous assurer que les marques s'engagent à vérifier les conditions de travail et de visiter les ateliers au moins 2 fois par an (voir l'exemple de notre charte ici en PDF).

Nota Bene : Cela n'exclut pas qu'il y ait des fraudes et des abus. Cela arrive malheureusement dans tous les secteurs. Nous ne pouvons pas encore avoir nos propres auditeurs capables d'aller vérifier sur place.

Les labels et certificats complémentaires :

Il existe plein d'autres labels et certifications. Ils sont pour nous une première étape mais ne sont pas suffisants.

🌱 Respect de l'environnement

L'industrie textile est sur le podium des plus grands pollueurs de la planète.

Parce-que nous avons à cœur de préserver les écosystèmes et la planète sur laquelle nous vivons, et parce que nous savons qu'il est possible aujourd'hui de produire autrement, nous ne sélectionnons que des marques qui placent l'environnement au centre de leur préoccupation.

Grâce notamment à l’utilisation de matières premières biologiques ou naturelles (à faible impact), à l’utilisation de matières recyclées et encore à une démarche éco-responsable sur l'ensemble de ses procédés de transformation (utilisation de teintures ou tannage végétal, circuits courts, etc...).

1/ Nous sélectionnons une marque avant un vêtement

Nous souhaitons travailler avec des marques qui s'engagent concrètement pour l'environnement. Et pas uniquement pour une seule collection, ou pour une infime quantité de vêtements. Cela n'a pas de sens de mettre en avant un vêtement qui ne représente que seulement 2% de la production totale de la marque.

Ainsi nous avons choisi de ne sélectionner que des marques qui ont plus de 75% de vêtements dans leur collection totale qui utilisent des matières éco-responsables* (voir la liste ici).

Et pourquoi pas 100% ?

Certaines marques (souvent les jeunes marques qui se lancent) n'ont pas les moyens financiers et techniques pour avoir 100% de leur collection en matières éco-responsables. Nous comprenons ces obstacles et nous souhaitons les encourager vers les 100% plutôt que de les exclure. En revanche, les 25% de vêtements qui ne passent pas nos critères ne sont pas présents sur notre site.

En réalité très peu de marques n'ont que 75% de leur collection en matière éco-responsable. La plupart de nos marques partenaires ont un pourcentage plutôt de l'ordre de 90 voire 100% de leur collection totale.

*Nous considérons un vêtement éco-responsable quand sa composition finale est à plus de 90% de matières éco-responsables.

Quelles sont les preuves que l'on demande ?

Voir les preuves des matières premières plus bas.

2/ Un vêtement doit avoir plus de 90% de matière éco-responsable

Comme pour la sélection de la marque, nous souhaitons travailler avec des marques qui s'engagent concrètement dans le changement de la mode. Et pas uniquement en saupoudrant leurs productions de matières éco-responsable. Cela n'a pas de sens de mettre en avant un vêtement qui n'a que 2% de matière éco-responsable dans sa composition totale.

Ainsi nous avons choisi de ne sélectionner que des vêtements dont la composition s'élève à 90% de matières éco-responsables* (voir la liste ici).

Et pourquoi pas 100% ?

Certains vêtements ne peuvent techniquement pas contenir 100% de matières éco-responsables, comme par exemple pour l'élasticité il est très difficile aujourd'hui de faire sans élasthanne. C'est pourquoi nous avons abaissé notre limite à 90%. En revanche dès que les technologies le permettront nous augmenterons ce pourcentage.

*Dans la grande majorité cette limite de 90% est possible. En revanche certaines catégories de vêtements ne peuvent techniquement pas arriver à 90% sans dégrader la durabilité du vêtement. C'est pourquoi pour quelques exceptions cette limite est abaissée à 78%.

Quelles sont les preuves que l'on demande ?

Afin de nous assurer que les marques sélectionnées utilisent réellement ces matières, nous collectons toutes les preuves des matières premières utilisées : contrats, factures, labels. Pour chaque produit et pour chaque collection.

Les labels que nous demandons :

💧 Une transparence accrue

La marque parfaite n'existe pas.

Nous cherchons des marques qui peuvent nous dire et nous expliquer leurs choix. Pas des marques qui nous assurent qu'elles font tout bien de A à Z.

Avoir le choix et choisir librement passe aussi par une connaissance accrue des produits que l’on achète. Là réside notre pouvoir de consommateur, et il nous semble primordial de vous donner les informations clés, nécessaires pour faire votre choix. Ainsi, nous avons choisi de sélectionner des marques qui font preuve de transparence et partagent leurs limites et points d'amélioration.

Car nul ne choisit s’il ignore.

Comment on le vérifie ?

Nous collectons les documents preuves des marques.

Ni journalistes d’investigation, ni enquêteurs, nous nous appuyons sur les personnes qui savent : labels, associations, ONG, experts du secteur... Nous avons ainsi constitué un comité d'éthique qui nous permet de valider et améliorer notre processus de sélection. Ce comité est également consulté lorsque nous avons un doute sur une marque.