Le jute, la matière éco-responsable ?

WeDressFair est un site qui sélectionne pour vous les plus belles pièces des marques qui produisent en se souciant des Hommes et de l’environnement.

Dans cette série d'articles, nous vous présentons les matières les plus utilisées dans l'industrie textile.

Pour que vous puissiez choisir en toute transparence la matière qui vous convient.

Qu'est ce que le jute ?

Le jute, surnommé « fibre d’or », est une matière naturelle végétale dont la fibre soyeuse et résistante est utilisée dans l’industrie textile. Cultivée dans les terres tropicales à faible altitude, cette fibre naturelle biodégradable est respectueuse de l’environnement : issue d’une culture pluviale, elle est peu gourmande en engrais et pesticides. Ce qui en fait un matériau écoresponsable de choix.



le juste est une fibre naturelle responsable

Le jute en quelques chiffres

  • 2ème plante la plus cultivée après le coton (en termes de volumes de production et de consommation)
  • 3,5 millions de tonnes de fibre de jute produite par an
  • 1 hectare de jute absorbe 15 tonnes de dioxyde de carbone et produit 11 tonnes d’oxygène
  • Le Bangladesh et l’Inde sont à l'origine de plus de 90 % de la production mondiale de jute
  • Le jute assure la subsistance de 20 millions de personnes aujourd’hui en Inde et au Bangladesh !

Jute et climat : quelles conditions pour produire le jute ?

Le jute est très dépendant des conditions météorologiques et des cours d’eau. Cette matière naturelle végétale a besoin de beaucoup d’eau et d’humidité pour pousser correctement. Elle pousse dans des régions humides où les températures sont comprises entre 24 et 38 degrés – et où les précipitations annuelles représentent 1 000 mm par an minimum.



le juste pousse dans un climat pluvieux

Jute et commerce international : un nouvel envol ?

Très utilisée pendant la Révolution industrielle, la fibre de jute a devancé le lin et le chanvre dans la production de produits traditionnels comme les tissus en toile de jute ou la production de sacs pour produits alimentaires (sacs en toile de jute pour les patates, le riz, la laine etc.).

En déclin dans les années 1980 – car concurrencée par l’émergence d’emballages et de textiles synthétiques – l’industrie du jute est aujourd’hui en plein essor. Cette matière naturelle biodégradable et polyvalente connait désormais de nombreux usages.

On l’utilise aussi bien dans l’industrie textile (production de sacs, vêtements, tapis, rideaux) que pour la production d’emballages de produits agricoles, d’éléments de décoration, de cosmétiques, de combustibles ou de matières composites (utilisés dans la fabrication de bateaux ou de voiture par exemple).

Des ingénieurs se sont lancés le défi de construire une voiture composite en fibre de jute ! La fibre de jute apparaît aujourd’hui comme une alternative intéressante aux matières synthétiques : ce sont d’ailleurs « les caractéristiques écologiques du jute qui ont permis de repositionner ce produit sur la scène internationale »



les utilisations du jute pour l'emballage agricole

Pays producteurs de jute

En moyenne, l'Inde et le Bangladesh représentent 90% de la production de jute dans le monde. Au Bangladesh entre 4 et 4,5 millions de paysans vivent de la culture du jute. On vous laisse découvir l'article et l'infographie de Bhallot pour aller plus loin.

Pays producteurs en milliers de tonnes

Top 10 des pays producteurs de jute en 2010, source: IJSG

Pays exportateurs de jute

Les principaux pays exportateurs sont les pays producteurs : l’Inde et le Bangladesh. On retrouve aussi d’autres pays d’Afrique (Kenya, Tanzanie), d’Asie du Sud/Sud-est (Viêt-Nam, Chine) ou d’Europe (Belgique, Allemagne, France etc.). Le commerce du jute est en plein essor, plusieurs pays l’ont bien compris et ont augmenté l’exportation de ce produit à fort potentiel économique. C’est le cas de la Malaisie (qui a connu une croissance de 93% de ses exportations de jute entre 2013 et 2017), du Mexique (82%) ou encore de la Chine (78%).

Pays importateurs de jute

Le jute est un produit diversifié qui a connu une forte demande en 2017 au Pakistan, en Inde, au Népal et en Chine. Le Nigéria est le cinquième pays importateur de jute, suivi de quelques pays d’Europe.

Pays importateurs de jute en millions d'USD

Source 2017: Trade map

Jute et industrie textile : pourquoi utiliser le jute aujourd’hui ?

Douce et résistante (faible extensibilité), elle améliore la respirabilité des produits. Le jute est aussi bien utilisé dans la production de cordages (cordes, fils et ficelles), dans la confection de sacs (sacs en toile de jute) que dans l’élaboration de tapis, rideaux, revêtements de chaise. Son caractère écologique en fait un produit de choix dans l’industrie textile responsable. La marque responsable Bhallot (créée en 2017) s’est d’ailleurs positionnée sur ce marché en proposant des sacs de tous les jours en toile de jute confectionnés directement au Bangladesh à partir d’une fibre résistante et écologique. Chaque sac est fabriqué par une coopérative d’artisans certifiés commerce équitable par le label World Fair Trade Organization.

Ces sacs responsables et éthiques connaissent donc une seconde jeunesse, remplaçant l’image des sacs à patate d’autrefois. Cette matière naturelle végétale est donc privilégiée aujourd’hui dans l’industrie textile. Dans un avis de 2015, le CESE (Conseil Economique Social et Environnemental), a notamment souligné le rôle primordial du jute dans l’industrie textile aujourd’hui : cette matière naturelle possède, comme le chanvre et le lin, des qualités écologiques et un potentiel économique qu’on ne saurait ignorer.

De la fibre de jute au vêtement : quelles étapes de fabrication ?

De la récolte au traitement de la fibre…

Le jute est récolté manuellement chaque année, entre le 120ème et le 150ème jour au moment où la fleur commence à se faner et le fruit de la plante à se former. Sa récolte délicate, nécessite une main d’œuvre importante. Comme pour le chanvre, le jute est soumis à la méthode du rouissage à l’eau.

Cette méthode consiste à isoler les fibres en séparant l’écorce filamenteuse de la tige. On peut réaliser le rouissage soit chimiquement soit naturellement. Le coût des produits chimiques encourage à employer la manière naturelle, ce qui est très positif pour l’environnement et les consommateurs. La qualité du produit n’est en rien altérée. Les tiges de jute sont plongées dans de l’eau stagnante ou à faible courant pendant trois jours.



les fibres de jute subissent une fermentation dans l'eau

La fermentation permet de décoller l’écorce et de libérer le reste de la tige. Ensuite vient l’étape de l’écorçage où les tiges sont frappées bottes par bottes afin de rompre l’écorce. Les fibres sont nettoyées, essorées et mises à sécher deux trois jours au soleil avant d’être vendues sur les marchés et dans les usines.

À la production et au tissage dans les usines

Les fibres de jute vont ensuite être classées dans les usines en fonction de leur couleur, de leur taille et de leur grade (qualité de la fibre). Une fois classées, elles sont transformées en fils et ficelles qui serviront à en faire du tissu (toile de jute). Ce tissu servira à fabriquer des rideaux, des revêtements de chaises, des tapis, des sacs, des vêtements etc. Parfois, la fibre naturelle peut être mélangée à d’autres fibres synthétiques. Aussi, les fils les plus fins peuvent être séparés pour imiter la soie. On vous renvoie une fois de plus vers cette infographie de Bhallot qui détaille le processus de fabrication.

Jute et environnement : une matière naturelle végétale biodégradable et recyclable à la base d’une mode éthique et responsable

Une fibre naturelle d’origine végétale biodégradable et recyclable !

Vous l’aurez compris, le jute présente de nombreux avantages pour l’environnement et est à la base d’une mode responsable et éthique. Cette matière naturelle végétale consomme beaucoup moins d’eau que le coton (pour produire 1kg de jute il faut en moyenne 125 fois moins d’eau que pour produire 1kg de coton).

Le jute ne nécessite pas l’utilisation d’engrais ou de pesticides pour se développer et rejette peu de CO2. La culture du jute respecte le cycle naturel de la terre : la rotation des cultures permet d’assurer la fertilité des sols cultivés et d’augmenter leur productivité naturellement. Son traitement est également respectueux de l’environnement : le rouissage à l’eau est privilégié aux traitements chimiques trop couteux.

Enfin, tout le processus de filature et de tissage se fait à sec, contrairement à celui du coton qui nécessite l’utilisation de nombreux traitements chimiques. La fibre de jute est brute, plus écologique et naturellement plus résistante.



Petite histoire du sac de jute, symbole anticonsumériste par excellence !

En 1978, la GEPA (une société allemande de commerce équitable) a remis les sacs en toile de jute au goût du jour en en faisant des cabas. Imprimant des slogans, « Jute Statt plastic », « du jute pas du plastique », le sac de jute devient rapidement le symbole de toute une génération en rupture avec la société consumériste. A la fin des années 70, lors des grands mouvements sociaux, on ne voit plus que lui lors des manifestations !

Source : « Le sac en toile de jute », Arte, 14 avril 2018



Une filière éthique et responsable ?

Considérée comme « l’or du Bengale » (Gold of Bengale), la culture du jute permet de faire vivre aujourd’hui ¼ de la population de l’Inde et du Bangladesh, assurant la subsistance de 20 millions de personnes qui découlent directement ou indirectement (marchés locaux, secteur manufacturier etc.) de cette matière naturelle.

Même si les conditions de travail sont rudes (travail manuel, conditions climatiques parfois difficiles), la production du jute parait plus équitable que celle du coton pour les populations. Les méthodes de production du jute sont plus locales et garantissent un savoir faire paysan transmis de génération en génération dans les villages.

De nombreuses coopératives de paysans ont vu le jour ces dernières années et sont reconnues par le label World Fair Trade Organization. Ce label certifie que ces coopératives de petits producteurs reçoivent un prix juste et stable pour la confection de leurs produits et que le processus de fabrication, la structure de l’organisation respectent la dignité des personnes humaines et la sécurité des employés. On est loin des usines textiles qui produisent à grande échelle et qui sont responsables de milliers de morts au Bangladesh !



le jute une fibre solidaire

Bilan : quels sont les avantages et les inconvénients du jute ?

Le jute est une matière naturelle végétale résistante et écologique. Sa fibre naturelle permet de confectionner des vêtements, des sacs ou des tissus respectueux de l’environnement. Il constitue une bonne alternative au matières synthétiques. Peu gourmand en eau et en produits chimiques, sa production est plus écologique que celle du coton. Même si nous ne disposons pas de chiffres précis, le commerce du jute apparait s’inscrire dans une logique de commerce équitable, en adéquation avec une mode responsable et durable. Tous ces éléments laissent penser que c’est une matière végétale à privilégier dans notre panier !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Des questions, des choses à partager, envie de réagir ? L'équipe WeDresFair vous répond en quelques heures.