Comment la fast-fashion participe à l'exploitation des Ouighours (et comment y remédier)

Temps de lecture : 9 minutes

Comment la fast-fashion participe à l'exploitation des Ouighours (et comment y remédier)
#social #enquetes #actualites

Ecrit par Sawsane le 17 septembre 2020

Abercrombie & Fitch, Adidas, C&A, Calvin Klein, Gap, H&M, Fila, Lacoste, Nike, Puma, The North Face, Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Uniqlo, Victoria’s Secret…

Autant d’exemples de marques accusées de tirer profit de l’exploitation de la minorité Ouïghoure. Sur 83 marques épinglées pour de telles pratiques, plus d’une cinquantaine sont liées à l’industrie de l’habillement selon le rapport de l’ONG Australienne ASPI.

Raison pour laquelle, à l’occasion de la soirée d’ouverture de la Fashion Week de New York, quelques 50 manifestant.e.s se sont rassemblé.e.s. Parmi les slogans scandés par les activistes on pouvait ainsi entendre « Tirez vous profit de l’oppression de tout un peuple ? ».

e406751b108175834c6a53771bf384cc

Des mannequins protestant contre l'exploitation des Ouighour.e.s à l'occasion de la Fashion Week de New York | © Instyle

Une façon de pointer du doigt les complicités inavouables de la mode… Avec, ce qui semble être, le plus grand internement d’une minorité religieuse depuis la seconde guerre mondiale.

Produire chaque année près de 130 milliards de vêtements est un modèle par nature insoutenable. Un modèle comportant nécessairement des coûts.

Le prix ?

Le financement d’un vaste système d’exploitation orchestré par l’état chinois.

Du coton issu de travaux forcés

L’empire du coton

La Chine est le premier producteur de coton au monde. Sa mine d’or (ou dans le cas présent, de coton) réside dans le Nord-ouest du pays, au Xinjiang, où 84% du coton national est produit.

Récolte, transformation de la matière première, distribution, c’est dans cette région que tout se joue.

Elle fournit surtout la moitié des marques dites de « fast fashion » et avec elle, une bonne pioche de créateur.rice.s.

0cd9fff4dd6a443d0d44dc35a68a09963222867

"Fabriqué dans la terreur" | © Shutterstock

En bref, 20% des articles en coton produits dans le monde sont originaires de la région. Statistiquement impossible donc, que vous n'ayez pas un t-shirt, pantalon, robe qui soit issu (en partie) du Xinjiang 

Ce qui peut sembler être une information assez anodine. Sauf que. Sauf que, ce coton est le fruit de travail forcé. Celui des Ouïghours.

Enfermé.e.s dans des camps dits de « rééducation volontaire » par le gouvernement chinois, pas moins de 1,8 million de personnes seraient internées et contraintes à des travaux de récolte, de transformation ou de confection. Soit plus de 10% de la population Ouighoure recensée en Chine.

Un phénomène qui se profile depuis au moins quelques années.

Les violentes conditions de détention des Ouighours

Les Ouïghour.e.s peuplent majoritairement le Xinjiang et représentent une minorité turcophone culturellement distincte de la majorité Chinoise. Leurs nombreux appels à l’indépendance ont mené à une violente répression de la part de Pékin, qui a pris les proportions qu'on lui connait aujourd'hui. 

Sur leurs conditions de détention, de nombreuses sources rapportent des informations qui font froid dans le dos.

Certaines femmes ont été stérilisées de force, d’autres ont dû subir un avortement et dans certains cas essuyer des violences sexuelles. Des enfants ont été enlevés à leurs parents et des familles entières séparées. Sans compter les cours d’endoctrinement politique.

Sur une vidéo publiée par la BBC, on peut ainsi voir le mannequin Ouighour, Merdan Ghappar, hagard, menotté à un lit, chevilles enflées. Images qui donnent à voir un bref aperçu de ce que serait un centre de détention de masse.

Des sources immédiatement démenties par le gouvernement chinois pour lequel de tels camps n'existent pas. D’autres images rapportées par des drones montrent des Ouighour.e.s, yeux bandé.e.s, amené.e.s vers des trains – qui selon l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni ne seraient qu’une captation d’un transfert de prisonnier.e.s.

Voilà pourquoi, un collectif regroupant près de 180 ONG, dont le Collectif l’Ethique sur l’Etiquette, propose l’arrêt des activités des entreprises engagées dans la région du Xinjiang. Après signature de l’appel, les marques disposent de 12 mois pour quitter la région.

Pour autant, quitter le Xinjiang ne constitue en réalité, qu’une réponse limitée au problème.

Un phénomène qui ne limite pas au Xinjiang  

Le cas du Shondong

A l'extérieur du Xinjiang, de nombreux.ses Ouighour.e.s sont confronté.e.s à des violences similaires. Entre 2017 et 2019, plus de 80 000 Ouïghour.e.s, détenu.e.s dans la région du Xinjiang auraient ainsi été transféré.e.s dans des usines à travers la Chine. Mécanisme dûment encadré par l'État Chinois, selon l’ASPI.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @collages_feminicides_paris le


L'usine de Quingdao Taekwang Shoes, établie dans la province du Shandong, à mi-chemin entre Pékin et Shanghai, compte parmi les sous-traitants de Nike les plus prolifiques. 

Qui a produit pour la marque à la virgule quelques 7 millions de paires de chaussures l’an dernier. A ce sujet, Nike est restée très succincte en condamnant le travail forcé sans davantage épiloguer sur la situation de l’usine.

Depuis 2007 pourtant, près de 9 800 Ouïghours ont été amené.e.s dans la province du Shangdong pour travailler dans cette usine. Ce seraient "60 promotions" d'ouvrier.e.s qui se seraient succédées.

Sur des photos, on constate ainsi que l’usine est équipée de tours de guet, de fils de fer ainsi que de barbelés. Les allées et venues des travailleur.se.s, bien que libres, sont surveillées scrupuleusement par des caméras à reconnaissance faciale.

800_278d63fa82defdc

Les posters affichés devant l'usine Quingdao Taekwang Shoes sur lesquels on peut lire "Le rêve chinois" ou encore "Toutes les ethnies forment une seule et grande famille" | ©  Anna Fifield / Washington Post

Ne rien demander, ne rien dire

Pour ne rien arranger, les chaînes d’approvisionnement déjà illisibles sont rendues toujours plus complexes par la politique du "don’t ask, don’t tell". Et avec, ce sont des centaines de milliers de produits qui continuent d'être vendus à des prix défiant toute concurrence. A la condition que l’acheteur.se n’émette pas de question sur l’origine des produits.

Ce qu’on ignore ne peut nous faire de mal

ong col

Des Ouighours incarcérés dans les prisons chinoises 

Le corollaire auprès des travailleur.se.s ? Ne rien dire. Parler librement et dénoncer les terribles conditions de détention, c’est s’exposer à des sanctions. Dès lors, aucune marque ne dispose de moyens crédibles pour affirmer que sa chaîne est exempte de travail forcé. Au Xinjiang comme ailleurs en Chine.

Se pose la question de la fiabilité des audits. 

« Une marque de vêtements qui prétend savoir que toutes ses usines partenaires dans la région sont exemptes de travail forcé est soit profondément cynique, soit mal informée ».

Scott Nova, directeur exécutif du Workers Rights Consortium

Raison pour laquelle, des activistes comme Maajid Nawaz, préconisent la cessation de tout financement et investissement des entreprises chinoises.

Pourquoi les marques restent en Chine

Face au constat édifiant établi par les médias et autres lanceur.se.s d’alerte sur la situation en Chine, pourquoi les marques montrent-elles autant de difficulté à partir ?

A l’heure où ces dernières se saisissent de Black Lives Matter, on pourrait les penser plus politisées que jamais. Les raisons derrière ce silence de plomb sont aussi bien économiques que politiques.

"Nike fait des spots extraordinaires sur 'Black Lives Matter' et contre l’esclavage des Noirs aux Etats-Unis mais Nike emploie dans le même temps, via ses fournisseurs, des esclaves dans le Xinjiang en Chine"

Raphaël Glucksmann

Les buts que se fixent les entreprises modernes consistent essentiellement à gonfler leur chiffre d’affaires ainsi que les poches de leurs actionnaires. Et quand on ne peut produire davantage… on cherche à réduire les coûts.

Ce qui mène à une généralisation de la sous-traitance qui doit pouvoir justifier de prix toujours plus bas. C’est là qu’on touche au problème des droits des travailleur.se.s et de leur rémunération. Se reposer sur du travail forcé coûte une bouchée de pain. Voire rien du tout. Sans compter que partir coûte cher.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Youth for Climate Paris-IDF (@youthforclimateparis) le

Selon Scott Nova : « [La Chine est le] moyen le moins cher et le plus fiable d’obtenir du coton, la plupart des marques y ont leurs propres ambitions […] et elles ne veulent pas offenser le gouvernement ».

Certaines marques ont en effet réussi à nouer des partenariats stratégiques et lucratifs auprès des entreprises chinoises. Beaucoup de ces marques bénéficient, de fait, de subventions gouvernementales pour développer la production textile locale.

Et celles qui ne courbent pas l'échine le paient du prix fort. Après que le dirigeant d’une équipe de basketball Américain ait tweeté son soutien à la contestation populaire d’Hong Kong, la diffusion des matchs de la NBA, gros marché en Chine, a été suspendu par Pékin.

moreytweet2

Tweet publié par Daryl Morley, directeur général des Houston Rocket qui a provoqué la polémique

Des solutions suffisantes ?

La campagne menée par Raphaël Glucksmann

Le 19 Juin, Adidas s’engage à ne jamais recourir dans sa chaîne de production aux travailleur.se.s forcé.e.s Ouighours et à couper toute relation avec les fournisseurs le faisant.

Le 26 juin c’est au tour de Lacoste.

Le 15 septembre H&M déclare arrêter de se fournir en coton auprès de la région du Xinjiang. Mais le groupe suédois concède toutefois qu'il entretient une "relation commerciale indirecte avec un moulin" situé à Shangyu dans la province Zhejiang.

Des déclarations qui ont été obtenues grâce à la mobilisation de l’eurodéputé Raphaël Glucksmann et à une campagne en ligne particulièrement suivie.

L’objectif à terme annoncé par son instigateur ? Des mesures légales qui contraignent les entreprises à tenir leurs engagements. Le député ainsi que ses collaborateur.rice.s entendent ainsi présenter une loi sur le devoir de vigilance des entreprises au Parlement Européen.

La Chambre des représentants des États-Unis envisage elle aussi un projet de loi - la loi sur la prévention du travail forcé Ouïghoure.

En attendant que ces lois passent, que peut-on espérer ?

Sur la modèle de la campagne de Glucksmann, la solution à terme semble passer par la mise à contribution des consommateur.rice.s et des internautes.

Continuer à mettre en lumière les conditions d’exploitation des Ouighour.e.s et faire pression sur les marques qui y recourent semblent être la meilleure option. Ultimement, les marques seront contraintes de quitter le Xinjiang. Et peut-être la Chine.

291a2cf8a7925f4bbdad89fb5110993c3094585

Des centres de "rééducation" qui ressemblent en fait à des centres de travaux forcés | © Shutterstock

C’est toute une chaîne d’approvisionnement qui serait affaiblie et une partie de l’économie chinoise avec. Or, en matière de politique, les ressorts commerciaux peuvent se révéler sacrément efficaces.

Coronavirus, guerre commerciale avec les Etats-Unis - qui s’apprêtent à bannir les imports de vêtements et les produits high-tech venus de Chine… Autant d’éléments qui peuvent faire flancher la Chine. Et peut être l’amener à repenser sa politique vis-à-vis de la communauté Ouïghoure.
"Les marques de mode n’ont pas à être des libérateurs actifs. Elles doivent simplement arrêter de financer - et donc d'encourager le nettoyage ethnique."

Melanie DiSalvo, consultante pour Virtue + Vice 

Ce qui ne veut pas dire que le secteur de la mode et son fonctionnement ne méritent pas discussion. Une refonte complète est nécessaire.

Il s’agit de se demander comment les entreprises d’habillement peuvent participer et profiter activement d’un système reposant sur la violation des droits de l’homme et du travail. Nous l’avons vu avec le scandale de Boohoo à Leicester au Royaume Uni : parfois les lois de protection ne sont pas suffisantes.

Nos sources :

Where Fast Fashion Meets Slave Labor
Fashion Week protestors address Uyghur plight
Models, Uighur activists protests outside studio at start of New York Fashion Week
How Uighur Muslim forced labour is helping to fuel the fashion industry - and what shoppers can do about it
'Virtually entire' fashion industry complicit in Uighur forced labour, say rights groups
Chine : de grandes marques liées au travail forcé des Ouïghours ?
Lacoste and Adidas pledge to cut forced Uighur labor from supply chain
Un vêtement en coton sur cinq vendu dans le monde provient d'un camp de travail Ouïghour
Ouïghours : quand l’esclavagisme moderne profite à l’industrie textile
Les Ouïghours En Chine : Leçon d’Esclavagisme Moderne

Tags : Les enquêtes

Ces articles vous ont plu ?

Notre newsletter en est truffée !

Une question, une idée d'article... ?

Restons en contact !

hello@wedressfair.fr