L'élasthanne, une matière élastique mais pas si verte

L’élasthanne, c’est quoi ?

L’élasthanne est une matière chimique synthétique dérivée du polyuréthane, une molécule dérivée du pétrole. Que l'on parle de Spandex, de fibre "k" ou de Lycra (marque déposée), nous parlons bien d'une même fibre, l'élasthanne.

Si sa fibre synthétique élastique en fait un des matériaux de choix de l’industrie textile d’aujourd’hui, notamment dans la fabrication de vêtements de sports, l’élasthanne est aujourd’hui vivement critiqué pour ses conséquences néfastes sur l’environnement et sur la santé des consommateurs.



l'élasthanne, lycra ou fibre k, est une fibre synthétique chimique

L’élasthanne en quelques chiffres

  • L’élasthanne est constitué, pour au moins 85 % de polyuréthane segmentaire, molécule dérivée du pétrole
  • L’élasthanne peut être étiré jusqu’à 7 fois sa longueur initiale
  • Sa longueur de fibre est illimitée
  • Les pays asiatiques sont les plus grands pays producteurs d’élasthanne au monde
  • Une machine de vêtements fait à base d’élasthanne relâcherait 700 000 microfibres dans les eaux usées puis dans les océans

L’élasthanne dans le monde

Appelé initialement « fibre K » lors de sa création par le scientifique Joseph C. Shivers en 1958, l’élasthanne connait aujourd’hui un succès fulgurant. Elle fait partie de ces fibres synthétiques élastiques et confortables qui dominent l’industrie textile aujourd’hui.
Sa croissance sur le marché des textiles est en constante augmentation : dans le monde la production d'élasthanne est en augmentation de 7 à 8% par an en moyenne.

Les pays asiatiques (Corée du sud, Chine, Japon) sont les leaders mondiaux de production d’élasthanne : selon un bulletin économique de janvier 2018, le fabriquant textile sud-coréen Hyosung représente 30% de la part de marché au niveau mondial (une production qui s’étend à 190 000 tonnes d’élasthanne par an).
L’Amérique du Nord (Canada, US) est le deuxième plus gros exportateurs d’élasthanne suivi de l’Europe (Allemagne, Royaume-Uni).

La demande d’élasthanne est surtout forte dans les pays asiatiques, premiers producteurs de textiles synthétiques. En Europe en revanche, le coût de la main d’œuvre élevé couplé à une faible demande, en fait un matériau peu convoité.

Des usages divers et variés

L’élasthanne est surtout utilisé dans l’industrie textile, particulièrement pour les produits sportifs qui demande souplesse et résistance (combinaison de surf, maillots de bain, justaucorps). Cette fibre est utilisés depuis quelques années pour la fabrication de divers produits du prêt-à-porter (chaussettes, chemises, vêtements de grossesse etc.) ou d’éléments de décoration (habillement de meuble, revêtements de chaise etc.).



l'élasthanne est une fibre synthétique pour les vêtements de sport

Pourquoi l’utiliser dans l’industrie textile ? Quels avantages ?

L’élasthanne, une fibre souple et résistante

Après avoir été l’apanage du marché du sport (notamment avec le développement de la marque Lycra), l’élasthanneest aujourd’hui privilégié pour une multitude de produits du prêt-à-porter. Souple et légère, plus fine et plus résistante qu’un fil de caoutchouc naturel, la fibre d’élasthanne est privilégié dans la confection de vêtements souples et stretch : sous-vêtements, pantalons, chaussette, t-shirts, maillots de bain, collants etc. Il permet de conserver sa forme d’origine même après étirement.

L’élasthanne est hydrophobe, ce qui veut dire qu’il a une très faible propension à absorber l’eau. Il présente une bonne résistance aux agents abrasifs et chimiques. La chaleur sèche ou humide peut néanmoins altérer ses qualités élastiques. Confortable, c’est une matière appréciée des consommateurs.

Le processus de fabrication de l’élasthanne : de la fibre synthétique au vêtement élastique

Une fibre synthétique produite en laboratoire

Les fibres d’élasthannes sont produites à partir d’un caoutchouc synthétique appelé polyuréthane (molécule à base de pétrole). L’élasthanne est le résultat de diverses transformations chimiques obtenues par le biais de la polymérisation.

Lors de la production de la fibre (filage à sec), le polymère est tout d’abord dissout dans un produit chimique appelé diméthylacétamide. On note que des résidus de ce solvant peuvent demeurer dans la fibre et se retrouver dans les eaux usées lors du lavage en machine.
Afin de garantir des propriétés de glissement suffisantes à la matière, des agents de préparation sont ensuite appliqués sur la fibre comme des huiles silicones.

la production d'élasthane

Le principe de fabrication consiste à obtenir un produit filable (une sorte de gel) qui va passer à travers des filières pour sortir sous forme de fils qui seront tissés ou tricotés. L’élasthanne pourra être mélangé avec d’autres fibres d’origine naturelles (comme le coton lors de la production de jeans) ou synthétiques.

Si l’élasthanne semble convoité aujourd’hui pour ses propriétés élastiques et son caractère hypoallergénique (moins allergène que le latex), beaucoup de produits chimiques et toxiques sont utilisés lors de sa fabrication.

Une fibre innovante mais pas écologique 

L’élasthanne, une fibre synthétique non biodégradable à base de pétrole

Le processus de fabrication de l’élasthanne est aujourd’hui controversé à cause de ses impacts environnementaux et sanitaires. La production d’élasthanne implique l’utilisation de pétrole, de solvants et de produits chimiques dangereux pour l’environnement et la santé.

Des composés organiques volatiles sont émis lors de sa production. Les huiles en silicones utilisées lors de sa fabrication, sont très difficiles à enlever. Elles restent le plus souvent collées aux fibres même après lavage. Des quantités importantes de solvant devront être utilisées pour les nettoyer.

l'élasthanne est un dérivé du pétrole et utilise des huiles lors de sa fabrication


De récentes études ont montré que les vêtements synthétiques à base de microfibre synthétiques, comme d’élasthanne, sont responsables de la pollution plastique des océans, des lacs et des rivières.
Chaque lavage d’un vêtement synthétique (à base de Spandex, polyester, PVC ou de nylon), rejetterait ainsi 700 000 microfibres plastiques dans les eaux usées qui se déversent ensuite dans les cours d'eau.

Autre point négatif, les vêtements fabriqués en élasthanne ont une durée de vie assez courte. L’élasthanne est peu résistant à la chaleur (sèche ou humide).
Les maillots de bain, leggings et autres vêtements de sport sont souvent vite usés. Quelques machines ou séchages à trop haute température suffisent à altérer la qualité du produit.

La santé des usagers en danger ?

Ce dernier point concerne la santé des consommateurs de vêtements contenant des fibres élasthannes.
Plusieurs associations sont montées au créneau ces dernières années pour souligner les méfaits de l’élasthanne. Dérivé de produits du pétrole, il serait un élément cancérigène.
Eh oui, on peut risquer notre santé à porter un jean fabriqué en coton et mélangé à de l’élasthanne pour garantir souplesse et élasticité.

Quelles alternatives ?

Même si l’on achète des vêtements en élasthanne aujourd’hui, on peut réduire son impact en diminuant le nombre de machines à laver. Il existe aussi des sacs de lavage qui permettent de limiter la propagation de microfibres syntéthiques dans l'eau.



l'élasthanne produit des microfibres captées par ces sac de lavages

L’élasthanne, quel bilan ?

L’élasthanne est une matière chimique synthétique fabriquée à base de produits issus du pétrole. Si ses caractéristiques élastiques innovantes sont appréciées du grand public, son processus de fabrication est nocif pour l’environnement (utilisation de produits chimiques, déversement dans les océans) et pour la santé du consommateur.

Découvrez notre sélection