C'est quoi le problème du cuir ?

🕓 Temps de lecture : 8 minutes

C'est quoi le problème du cuir ?
#environnement #social #matières

Ecrit par Solène Dislaire le 4 août 2020

Aïe, en voilà un sujet sensible.

Sujet sensible oui, mais important pour la mode éthique. Il est donc temps d'attaquer à bras-le-corps cette question du cuir.

Elevage, tannage, pollution des eaux et des sols ... Entre préoccupations environnementales, sanitaires et éthiques, la production de cuir pose de vrais problèmes. Difficile de peser la balance entre le pour et le contre : cette matière est aussi un gage de qualité pour des produits qui vont durer dans le temps. Et les alternatives au cuir ne sont pas forcément très convaincantes.

C'est pourquoi ce sujet divise les marques éthiques et même nous en tant que consommateur.rice.s. Mais avant de se faire un avis, il est nécessaire de comprendre, une bonne fois pour toute, le problème du cuir.

Avant toute chose, posons les bases : d'où vient le cuir ?

Le cuir est fabriqué grâce à la transformation de la peau putrescible d'un animal en une matière imputrescible. En clair, le cuir ne va pas se décomposer dans votre dressing.

Malheureusement, la production de cuir pose de nombreux problèmes, à commencer par ses conséquences sur l'environnement.

Les problèmes environnementaux

Problème n°1 : l'élevage

En 2019, on estime que l'élevage est à l'origine d'environ 20% des émissions de gaz à effet de serre globaux, ce qui représente une part plus importante que les gaz produits par les transports (donnée de l'Institute for Climate Economics).

En plus de cela, l'élevage nécessite une quantité importante d'eau et denrées, ainsi que de grands espaces. C'est pourquoi, l'élevage est souvent pointé du doigt pour sa participation à la déforestation.

Et ce n'est pas tout !

Le traitement du cuir peut être nocif pour la planète à cause des rejets toxiques qui en résultent. En effet, on utilise beaucoup de produits chimiques pour rendre la peau imputrescible. Et le principal fautif est le tannage minéral.

Qu'est-ce que le tannage ?

Le tannage est le procédé de transformation qui permet de rendre la peau imputrescible, résistante et - en fonction des méthodes de tannage - souple, élastique etc. C'est donc une étape indispensable à la production de cuir.

Problème n°2 : le tannage minéral

Le tannage minéral est une méthode utilisant des sels de chrome et souvent des sels d'aluminium et du zirconium. Elle est principalement utilisée aujourd'hui car rapide (quelques heures suffisent à transformer la peau en cuir), contrairement au tannage végétal. En plus de cela, le tannage minéral permet d'obtenir un cuir souple et solide mais aussi de bien fixer la couleur dans le temps.

teinture cuir

Il est plus facile d'obtenir des couleurs vives et qui tiennent dans le temps avec le tannage minéral | © AKuptsova / Pixabay

En Europe et notamment en France, les tanneries sont très réglementées, mais cela entraîne des contraintes en termes de coûts.

En revanche, dans certains pays gros producteurs de cuir et à la main d'oeuvre très bon marché, comme le Bangladesh, l'étape du tannage est bien moins contrôlée. Les déchets et eaux usées sont souvent rejetés dans les rivières et champs environnants, ce qui va polluer l'eau et les sols et aussi empoisonner les populations locales. L'ONG Blacksmith Institute, estime en 2012 que les tanneries font parties des dix industries les plus toxiques au monde !

Tannerie cuir

© Monlaw / Pixabay 

Les problèmes sanitaires

Là-aussi, on en a à la pelle.

Les tanneries, la suite

L'étape du tannage a des effets désastreux sur les ouvrier.e.s à qui on ne garantit pas une grande sécurité au travail .

  • L'exposition au chrome est responsable de maladies respiratoires pour les travailleur.euse.s des tanneries peu réglementées et peu contrôlées. Les produits chimiques utilisés détruisent le système immunitaire des ouvrier.e.s et les rendent vulnérables à des infections et maladies. Celles-ci peuvent aller jusqu'au cancer ou même à la tuberculose. Dans certains pays, les ouvrier.e.s travaillent sans équipement de protection et dans des tanneries sans système d'aération. Et pourtant, ces mêmes ouvrier.e.s peuvent être amenés à manipuler des substances hautement toxiques, comme l'acide formique ou pire, le mercure qui est utile pour la teinture mais qui est interdit depuis plus de 20 ans chez nous. On peut aussi penser à tous les solvants servant à tanner plus vite et moins cher.
  • Les rejets toxiques vont donc se retrouver dans les rivières, sans passer par un système de traitement des eaux usées. Cependant, cette eau va ensuite être utilisée pour irriguer les champs et nourrir la population.
  • Les déchets chimiques issus des tanneries vont aussi servir à nourrir les poissons et autres animaux, et donc rentrer dans la chaîne alimentaire.

Une fois sur nos pieds

Il arrive que le chrome crée des irritations sur la peau du consommateur.rice, voire des réactions allergiques. Pour vendre du cuir moins cher, la qualité est fortement dégradée et on utilise une quantité plus importante de produits chimiques. Par exemple, si le chrome est si dangereux lors de l'étape du tannage minéral, c'est parce qu'il est mélangé à d'autres substances chimiques. En faisant cela, on se retrouve avec du chrome VI -ou chrome hexavalent- particulièrement nocif pour la santé (classé parmi les agents chimiques cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction) et responsable de ces fameuses allergies.

À lire aussi : : 💬 C'est quoi le problème des salaires dans la mode ?

Les problèmes éthiques

Il faut bien dire que l'élevage est souvent associé à la maltraitance animale. Et cela s'explique par les pratiques brutales qui continuent d'avoir cours dans de nombreux élevages.

Mais on se doit de préciser que de plus en plus de producteur.rice.s sont sensibilisés sur ces questions et que cette situation ne peut être généralisée.

Dans les cas précis de maltraitance, les animaux vivent dans de mauvaises conditions, confinés dans de petits enclos, et n'ayant parfois jamais vu la lumière du jour. Les maladies et infections sont relativement courantes dues à l'entassement que ces animaux subissent, sans parler des castrations sans anti-douleurs. Au total, on dénombre plus d'un milliard d'animaux tués dans le monde, avec une majeure partie en Chine où on l'on dénote encore l'absence de législation pour sanctionner la maltraitance animale.

Sauf que : il n'est pas aisé de tracer le cuir. En réalité, on ne sait pas de quel animal provient la peau ayant servi à faire nos habits et accessoires. Vache, veau, cheval, chèvre, cochon, chien, chat : difficile à dire.

On peut aller plus loin en se disant que l'utilisation de peaux d'animaux (parfois maltraités, parfois non) pour obtenir des chaussures par exemple, peut poser problème pour certain.e.s.

Alors oui, le cuir est synonyme de qualité, mais peut-on considérer qu'il est éthique de retirer la peau des animaux pour se chausser ?

C'est sur ce point précis que la notion d'éthique pose soucis puisque ce concept est vague et subjectif. Difficile de se mettre d'accord sur une définition précise.

infographie cuir minuit sur terre

Une infographie très claire, proposée par le site Minuit sur Terre

Alors maintenant qu'on a bien cerné les grands problèmes du cuir, on peut tenter de peser le pour et le contre de son utilisation.

Ça passe ou ça casse

Ça passe ! ✔️

  • Pour les défenseur.se.s du cuir, cette matière constitue un sous-produit de l'industrie alimentaire. Après avoir abattu l'animal pour obtenir de la viande, la peau est considérée comme un déchet qu'il vaut mieux recycler, en fabriquant du cuir, plutôt que le jeter purement et simplement.
  • Le cuir est gage de qualité, c'est une matière noble issue de savoir-faire anciens. D'ailleurs, la filière du cuir est importante en France, et est un acteur du Made in France. Il semble alors difficile de supprimer l’entièreté de cette filière surtout quand on sait que la plupart des filières textiles en France ont été délocalisées.
  • C'est bien connu, un animal maltraité ne donne pas une belle peau. Il faut donc s'attaquer au problème de la maltraitance animale qui, en plus d'être un enjeu éthique, nuit à la durabilité et à la qualité de cuir.
  • Si on réglemente davantage la production de cuir, on peut limiter les dégâts sur l'environnement et la santé des hommes.

À lire aussi : 💬 Les 3 principales matières françaises

Ça casse... ❌

  • Comme on l'a vu, les problèmes sanitaires et environnementaux sont nombreux. Il semble aussi particulièrement difficile de réglementer la totalité de la production mondiale, tout en gardant à l'esprit qu'il est compliqué de savoir d'où vient le cuir.
  • Puisque la traçabilité du cuir est difficile, il y a peu de chances pour qu'on puisse savoir à l'achat, où a été élevé l'animal et dans quelles conditions.
  • On en revient à la réflexion développée plus haut concernant l'élevage : le problème pour certains se situe plutôt du côté de l'utilisation des animaux pour le confort des hommes et ce, autant dans l'habillement que dans l'alimentation. Dans ce cas-là, l'argument de la peau comme déchet qu'il vaut mieux recycler ne tient plus ! Le cuir fait bien partie de l'industrie alimentaire globale mais les deux vont à l'encontre de principes éthiques.
  • Pour couronner le tout, on assiste à l'émergence d'alternatives qui fleurissent de toutes parts : matières naturelles, cuir vegan -aussi appelé simili-cuir ou skaï- etc.

Parfaite transition pour le point suivant

Le cuir vegan : la solution ultime ?

Ce nom interpelle. Du cuir vegan ? En soit, on est sur le même principe que les steaks végétariens sans viande, et ça peut embrouiller quelque peu l'esprit.

Les défenseurs de la filière du cuir sont vent debout contre cette dénomination qui n'a pas vraiment de sens et qui utilise le terme "cuir" comme preuve de qualité.

cuir probleme

© Eccofinishing / Pixabay

Venons-en aux faits. Qu'appelle-t-on cuir vegan ?

Le cuir vegan, aussi appelé faux cuir, simili-cuir ou skaï, est un tissu qui permet d'imiter le cuir mais sans utiliser de peaux d'animaux.

Et ce type de tissu fait polémique. Et pour cause : il faut faire attention à ce qui se cache sous cette appellation. On va prendre ici l'exemple des chaussures.

  • En général, le cuir vegan est composé en grande partie de matières synthétiques, pétro-sourcées, nocives pour la santé des hommes et pas top au niveau écologique. Ces matières, à base de polyester, PVC ou polyuréthane sont décriées puisqu'elles sont polluantes et non-biodégradables. Cependant, les utiliser signifie que l'on utilisera moins d'eau et de substances chimiques pour le traitement.
  • Et puis il y a le cuir issu de végétaux. Ceux-ci peuvent soit constituer une partie de la composition (et donc on retrouve la présence de matières chimiques, souvent toxiques), ou bien prendre une place plus importante dans la composition. Le soucis, c'est que la plupart des professionnels - et notamment certaines marques éthiques - s'accordent à dire que ces matières sont peu résistantes et durables. En réalité, il est encore difficile aujourd'hui de produire des chaussures de qualité et sans matière animale.

Le cuir d'ananas, aussi appelé Piñatex est le plus souvent cité dans cette catégorie. On ne peut le nier, ce tissu imite bien le cuir, est peu coûteux tout en étant écologique puisqu'il provient de matériaux de récupération. Mais voilà, il n'est pas très durable car il ne va pas tenir aussi longtemps que le cuir.

  • Evidemment, il existe d'autres matières qu'on peut privilégier comme le liège. On peut d'ailleurs souligner que cette matière naturelle est résistante et imperméable. Elle est aussi écologique : le chène-liège capte deux fois plus de CO2 que les autres arbres.
  • Encore une autre alternative ? Les chaussures en matières recyclées permettent de ne pas produire de nouveau matériaux et donc de les réutiliser encore plus longtemps. On peut combiner matières naturelles et recyclées pour fabriquer des chaussures ! Par exemple, le caoutchouc recyclé est utilisé pour fabriquer des semelles.

  Certaines marques s'engagent en produisant des chaussures fabriquées à 100% à partir de matières recyclées; c'est le cas des marques Saola et Ecoalf !  

À lire aussi : 💬C'est quoi le problème avec les fibres synthétiques ?

Le bilan ?

cuir chaussure

© Pxhere

Vous l'aurez compris, on touche ici, en grande partie, à une question d'éthique, relativement subjective.

Mais on peut vous aiguiller avec quelques pistes de réflexion :

  • On peut tout à fait choisir de ne pas porter de cuir ou alors de le faire mais il convient de consommer raisonnablement puisque les vêtements et accessoires en cuir sont censés durer longtemps, voire très longtemps.
  • Si on décide de partir pour du cuir, il faut penser à bien entretenir ses produits pour qu'ils tiennent le plus longtemps possible, et ne pas avoir à les remplacer tous les ans.
  • Mais même avant cette étape, il faut acheter du cuir de bonne qualité, en se renseignant le plus possible sur les conditions d'élevage, les procédés de fabrication, la provenance des tanneries... En effet, le problème principal est finalement la recherche d'un cuir bon marché.

Sur ce point, on préfère le tannage végétal qui évite l'utilisation de chrome en le remplaçant par des extraits végétaux concentrés, provenant du bois, de l'écorce, de baies ou encore de feuilles. Lorsque ce traitement est correctement tracé, il permet de valoriser les peaux sans être source de pollution et de problèmes de santé. Si cette technique est moins utilisée que le tannage minéral (85% de la production mondiale de cuir), il y a bien une raison : le coût. Le tannage végétal demande plus temps avant que la peau arrive à maturation, par rapport au tannage minéral.

🎬 Pour aller plus loin :

 Un autre documentaire, cette fois-ci plus long, mais qui explique très bien le désastre sanitaire des tanneries.


Nos sources

Article sur l'industrie du cuir par PETA France
"Le cuir et ses alternatives : comment choisir" par Eloïse Moigno - Sloweare
Article "les alternatives au cuir animal abondent : en voici quelques unes" par Anissa Putois pour Consoglobe
Dossier "Qu'est-ce que le cuir ?" Conseil National du Cuir
"Cuir végan, le cache-peau ?" par Valentin Pérez - Le Monde
Pulse of the Fashion Industry 2017
"Est-ce que le cuir c’est mal ?" - La mode à l'envers
"Qu'est-ce que le cuir et d'où vient-il?" Par Cirages & Compagnie

Tags : C'est quoi le problème ?

Ces articles vous ont plu ?

Notre newsletter en est truffée !

Une question, une idée d'article... ?

Restons en contact !

hello@wedressfair.fr