Nous ne supportons pas votre navigateur 😢

Nous sommes une petite équipe, et n'avons pas encore les moyens suffisants pour vous offrir une expérience de navigation homogène quelque soit votre navigateur 🤕.

Nous travaillons sur ces points là, mais nous vous conseillons cependant de mettre à jour votre navigateur ou d'en utiliser un plus moderne comme :

Le vêtement bio est-il plus mûr ?

Ecrit par Timothé Rigal le 25 juillet 2019

A quoi ça sert d’acheter un habit bio alors que ça ne se mange pas ?

C’est vrai ça d’ailleurs ? On nous bassine depuis des années sur les aliments bio, on est beaucoup dorénavant à en consommer et maintenant, on doit faire pareil avec nos vêtements ?

Malheureusement ou heureusement, si l’on doit ajouter “biologique” après chaque mot, c’est que avant, il devait y avoir un problème.

A quoi ça sert d’acheter un habit bio alors que ça ne se mange pas ?

C’est vrai ça d’ailleurs ? On nous bassine depuis des années sur les aliments bio, on est beaucoup dorénavant à en consommer et maintenant, on doit faire pareil avec nos vêtements ?

Malheureusement ou heureusement, si l’on doit ajouter “biologique” après chaque mot, c’est que avant, il devait y avoir un problème. Prenons l’exemple des fruits et légumes, de nombreux agriculteurs choisissent des modes de productions biologiques en supprimant les pesticides, les engrais chimiques de synthèse et les OGM, et ainsi protègent les sols de la planète et la santé des consommateurs.

Alors pourquoi sommes-nous arrivés à parler de vêtement biologique ? En réalité, pour à peu près les mêmes raisons..

vetement bio mode ethique biologique people tree

Maëlle porte une surchemise en coton bio People Tree, un sac en lin et cuir à tannage végétal Atelier le Gagneur.
© Martin Reviron / WeDressFair 

Qu’entend-on par vêtement biologique ?

Coton, lin, chanvre, jute, avant d’être des noms sur les étiquettes de nos vêtements, ce sont des plantes qu'on cultive, comme des tomates par exemple. Au même titre que ces tomates, certains agriculteurs utilisent des pesticides pour les protéger…

champ coton vetement bio biologique mode ethique

Champ de coton

Lorsqu’on aborde le sujet des vêtements dits biologiques, on sous-entend que les matières utilisées pour les confectionner sont issues de l’agriculture biologique. D'où le terme “vêtement biologique” qui fait référence à des vêtements sur lesquels aucuns procédés chimiques n’est ajoutés. Attention tout de même à ceux qui utilisent ce terme sans label ou sans vérification.

Est-ce qu’un vêtement écologique est nécessairement biologique ?

Le terme de vêtement écologique est flou. On parle parfois de mode ou de vêtements éco-responsables, de mode écologique, de mode biologique... 

Un vêtement éco-responsable “respecte” l’environnement durant toutes les étapes de sa production, de la fibre à la transformation de la matière première jusqu’au transport du produit fini. Il implique l'utilisation de matières peu polluantes ou moins consommatrices d'eau par exemple. 

Par définition et comme expliqué juste avant, un vêtement bio est produit seulement à partir de matières biologiques. Dans la majorité des cas, c'est le coton biologique qui compose les habits bio. Un vêtement biologique peut donc être considéré comme un vêtement éco-responsable, puisqu'il n'est pas source de pesticides ou autres traitements nocifs pour l'environnement. Mais attention, un vêtement éco-responsable n'est pas forcément un vêtement éthique, s'il a été produit dans des conditions délétères. 

Plus largement, la mode éco-responsable promeut également une consommation plus raisonnée de vêtements, pour réduire le gaspillage et le sur-emploi des ressources naturelles.

Est-ce que nos vêtements bio poussent avec les fruits et légumes bio ?

La réponse est non, mais les méthodes utilisées sont franchement similaires. Notamment pour la culture du coton, la graine la plus plantée pour filer nos habits.

Le coton est présent en majorité dans notre garde robe, il représente ¼ de la production de fibre textile dans le monde. Et ceci car le tissu obtenu, une fois les fibres tissées, est très doux et confortable. Une matière naturelle agréable à porter sous forme de t-shirts, de robes, de pulls, etc. Sa culture demande beaucoup de main d’œuvre et d’entretien, c’est une plante très vulnérable.

Pourquoi des agriculteurs ont fait le choix d’utiliser des procédés chimiques ?

Le coton traditionnel est fragile, a besoin de soleil et d’énormément d’eau pour pousser (2 700 litres d’eau pour 1 t-shirt en coton). Les pays qui en produisent le plus sont l’Inde, la Chine et les États-Unis. Sa culture représente 25% de la consommation d’insecticides et de défoliants (herbicides) dans le monde et 10% des engrais chimiques, pulvérisés sur seulement 2,5% de la totalité des terres cultivées sur la planète.

De nombreux agriculteurs se sont tournés vers le coton génétiquement modifié (GM), censé être plus résistant. Un désastre non-seulement pour les écosystèmes environnant les cultures, mais aussi les hommes et femmes en contact direct avec ces produits toxiques.

Le coton GM est doté de deux traits particuliers. Le premier produit une tolérance aux herbicides à base de glyphosate, comme le Roundup de Monsanto. Le second stimule la production d’une toxine mortelle pour le ver du cotonnier, l’un des principaux ravageurs du coton. Le coton le plus fréquemment cultivé est conçu pour être résistant aux ravageurs, grâce à un gène de la bactérie Bt (Bacillus thuringiensis).

Les études de cas des cultures du coton OGM en Inde et au Bukina Faso sont révélatrices des difficultés que peuvent rencontrer les agriculteurs lorsqu’ils utilisent ces méthodes non-naturelles. Au Burkina Faso, après deux années de récoltes du coton GM, les fermiers ont protesté car leurs récoltes de coton avaient perdu en qualité. La taille des fibres obtenues étaient trop courtes. Ils ont perdu beaucoup d’argent car ils n’ont pas pu obtenir un prix correct pour leurs productions, en dépit de l’investissement coûteux dans la technologie des OGM.

La plupart des petits agriculteurs doivent emprunter pour pouvoir acheter des semences. A cela, s'ajoute l’achat des pesticides et des engrais à chaque saison de cultures. Quand les rendements baissent, que la récolte est mauvaise ou que le marché du coton s’effondre, les agriculteurs sont très souvent dans l’incapacité de rembourser leur prêt. Ils sont pris dans une spirale de surendettement et de pauvreté. En Inde, 250 000 agriculteurs se sont suicidés en 15 ans.
A contrario, la production de coton organique peut s’inscrire dans une démarche de commerce équitable. Néanmoins, il n’existe pas de définition du coton bio à proprement parler. Il est considéré comme organique lorsque de la semence à la récolte, il est cultivé sans pesticides, sans engrais chimiques et sans OGM. Pour garantir la réduction ou l’absence de ces produits toxiques, les vêtements en coton biologique sont certifiés par les labels européens GOTS (70 à 90% des fibres utilisées sont organiques) et Oeko-Tex. Ils garantissent, par ailleurs, des conditions de travail dignes et respectueuses des hommes, en accord avec les conventions de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).
Il semble aujourd’hui essentiel de se détourner de la culture du coton conventionnel ou modifié qui représente 17 milliards de tonnes vendues par an, pour privilégier celle du coton biologique qui ne pèse que 2 millions de tonnes par année. Une production malheureusement en baisse sur les dernières années sauf en Afrique de l’ouest. Le développement du coton labellisé BCI est, en outre, une des raisons de la chute de la production du coton bio.

Des vêtements éco-responsables pour une garde robe sans produits chimiques ?

D’autres matières naturelles variées existent telles que le chanvre, le lin, la laine, le jute, etc. Nous parlerons rarement de vêtements bio mais plus de vêtements éthiques et écologiques. Explications…

Débutons avec le lin :

Le lin est une matière naturelle végétale principalement cultivée dans le Nord de la France et en Europe. Elle est réputée pour sa solidité et sa douceur, ce qui en fait une fibre très intéressante pour la création de vêtements. Cette plante n’a ni besoin de pesticides, ni de beaucoup d’eau pour pousser (700 mm d’eau répartis sur l’ensemble du cycle végétatif). En outre, le lin est recyclable et biodégradable.

Écologique, c’est un matériau de plus en plus apprécié dans le secteur de la mode responsable. Les marques de mode éthique utilise le lin pour confectionner tout type de vêtements et d’accessoires comme des sacs en toile de lin. Néanmoins, dans le classement de la production mondiale de fibres naturelles, il est encore très faible : seulement 2,4% pour les fibres de lin.

Quelle est la différence avec du lin bio ?

Elles sont minimes car le lin est une matière qui n’a pas besoin de pesticides ou autres produits chimiques pour pousser. Pour ces raisons, la culture du lin bio ne pèse que 1% de la production totale de cette fibre. Cependant, plusieurs associations oeuvrent pour le développement d’une filière biologique. Le passage au bio pour cette fleur a pour principal objectif d’effectuer dans la même zone, le teillage, le peignage et le tissage, pour une production plus locale et ainsi une réduction de son impact écologique. Le territoire Normand est le laboratoire français pour la confection du lin biologique.

En résumé, même non-biologique, l’agriculture du lin est déjà sans comparaison avec celle du coton conventionnel. Le lin organique ne fait qu’aller plus loin et s’intègre complètement dans une démarche d’excellence écologique.

Qu’en est-il du chanvre ?

Le chanvre est une fibre naturelle cultivée depuis des siècles et qui a le vent en poupe chez beaucoup de marques éthiques. Cette matière écologique présente de nombreux avantages. Ce tissu est isolant et absorbe l’humidité, idéal à porter en hiver comme en été. Les fibres de chanvre sont également très résistantes, les habits en chanvre durent donc longtemps, et ne risquent pas de se déformer au lavage. De retour sur le devant de la scène grâce à l’émergence de marques de vêtements éthiques, cette fibre est une alternative écologique et durable aux fibres textiles traditionnelles et aux matières chimiques industrielles. Sa culture nécessite peu ou pas d’engrais et de pesticides.

Du chanvre bio, c’est possible ?

A l’instar du lin, la production de chanvre est d’ores-et-déjà très peu néfaste pour les sols. Aucun label ne certifie l’appellation “chanvre biologique” car la culture et le processus de transformation de ces fibres restent très peu chimique et non-polluant.

La laine pour des vêtements écologiques ?

La laine est principalement utilisée comme isolant thermique mais elle peut être également tissée pour produire des vêtements et notamment des pull-over. Les vêtements confectionnés à partir de laine ont une longue durée de vie et sont très résistants. Pour couronner le tout, cette fibre naturelle animale est biodégradable. La marque éthique Maison Izard est d’ailleurs spécialisée dans la confection de produits à base de laine des Pyrénées. En France, la laine abondamment produite est celle du mouton, un éco-produit local et économique. Une laine est, enfin, considérée comme éco-responsable si elle provient de fermes où les animaux sont traités correctement, et où le mulesing n’est pas pratiqué, en accord avec le label Responsible Wool Standard.

La laine bio ça a un sens ?

Une laine est définie biologique lorsqu’elle est prélevée sur des animaux élevés au sein d’un élevage certifié biologique selon les normes fixés par le ministère de l’agriculture. Les conditions de vie des animaux sont règlementées, et la laine doit être lavée uniquement à l'aide de savons non-polluants.

Un dernier exemple ?

On pourrait aussi se pencher sur le jute qui est une matière naturelle végétale très résistante et écologique. Sa fibre est utilisée pour confectionner des vêtements, des sacs ou des tissus respectueux de l’environnement. Il représente une alternative durable au matières synthétiques.

Quelles sont les marques de vêtements bio ?

Toutes nos marques partenaires sont dans une démarche éco-responsable mais pas forcément biologique. Certaines utilisent, par exemple, des matières recyclées ou upcyclées. Toutes respectent les droits des Hommes. Par conséquent, nous préférons parler de vêtements éco-responsables...

Nudie Jeans, la marque pionnière de denim suédoise fondée en 2001.

Depuis le départ, la fondatrice de la marque est attirée par le jean : “Plus vous portez et réparez des jeans, plus ils ont de caractère. Le denim est un tissu vivant qui évolue dans le temps - et qui s'adresse à tout le monde, de tout âge et de tout sexe.” Nudie Jeans, se crée autour de valeurs fortes : intemporalité, durabilité, responsabilité. La marque effectue des audits sociaux et des suivis selon la méthodologie de la Fair Wear Foundation chez tous ses fournisseurs. Ce label certifie que les ouvriers travaillant dans les usines labellisées évoluent dans des conditions saines et sont payés dignement.

Knowledge Cotton Apparel, le pari du coton organique dès la fin des années 80

L’histoire de cette marque commence à la fin des années 60 au Danemark. Jørgen Mørup, ouvre une petite entreprise textile dans la ville de Herning. Dès le départ, l'entreprise se tourne vers des principes durables, et s’intéresse au coton biologique pour le proposer dans ses collections. En 2008, Jørgen fonde officiellement Knowledge Cotton Apparel : une marque de vêtements pour hommes utilisant des textiles écologiques.

En choisissant des partenaires certifiés par des tiers (SA8000, GOTS, GRS, BSCI ou Fairtrade), cette marque éthique veille à ce que les conditions de travail soient décentes dans les usines mais aussi dans les champs de coton.

La marque est certifiée par plusieurs labels dont le Organic Content Standards (OCS) qui vérifie la quantité de coton organique dans le produit final. Cette certification comporte deux niveaux : OCS 100 est uniquement attribué aux produits contenant 95 à 100% de fibres organiques. La certification mixte est destinée aux produits dont la teneur en matériaux biologiques est inférieure à 95% : le pourcentage exact de contenu organique est à lire être sur l'étiquette de chaque produit.

Bask In The Sun, un vestiaire masculin aux influences maritimes.

La plupart des produits de cette marque sont fabriqués à partir de coton organique certifié par GOTS. L’ensemble des teintures sont labellisées Oeko-Tex, standard 100. Petit rappel, ce label garantit une parfaite innocuité des matières, qualifiant l'absence de produits cancérigènes ou de perturbateurs endocriniens.

À l’avenir, la marque Bask in the Sun aimerait encore augmenter la part du coton biologique et intégrer de nouvelles matières à faible impact écologique telles que le lin, le chanvre et le tencel). Cliquez-ici pour avoir un aperçu de leurs superbes t-shirts en coton bio.

People Tree, un dressing féminin éco-responsable et équitable.

Les collections de la marque sont élégantes, chics et permettent à chaque femme de trouver son alternative éthique. Coton biologique, matières durables, tencel, les matières utilisées par la marque reflète leurs engagements.

Pour couronner le tout, toutes les teintures utilisées par People Tree sont sans colorants azoïques. Ces derniers, souvent issus de la chimie de synthèse, sont connus pour leur toxicité pour les Hommes (surtout les enfants) et pour l’environnement.

A bientôt sur le marché !

L’industrie textile est la deuxième la plus polluante dans le monde. Et la production de vêtements dans le monde a doublé en moins de 15 ans, entre 2000 et 2014, pour atteindre 100 milliards de vêtements vendus chaque année dans le monde. On parle aujourd’hui de “fast-fashion”, en d’autres termes, d’une mode qui produit trop et qui est trop consommée.

On n’est pas là pour parler de ça, mais c’est une des raisons qui expliquent qu’on peut trouver des vêtements bio au marché. Si vous voulez aller plus loin, rendez-vous sur cette article qui explique les rudiments de la mode éthique.

Proposer des vêtements bio à ses clients, c’est finalement la même démarche que celles des agriculteurs bio sur le marché. Et comme sur le marché du dimanche matin, vous pouvez, sans gêne aucune, nous interpeller pour toutes questions !

Plein d’autres marques éco-responsables existent sur WeDressFair.