📦 Retours gratuits. Livraison offerte à partir de 120€ (France métropolitaine)

Comment reconnaître un vêtement éco-responsable en 3 étapes ?

🕓 Temps de lecture : 6 minutes

Comment reconnaître un vêtement éco-responsable en 3 étapes ?
#biencommencer #marques

Ecrit par Victoria Adjanohoun le 26 mai 2021

Vous êtes sur le point d’acheter un vêtement, mais vous avez un doute quant à son éthique… La fougueuse mention “Fait en Inde avec amour” fait chavirer votre coeur, mais pas votre raison ? Vous cherchez des informations pourtant simples, qui paraissent introuvables ? 

En clair, comment savoir si un vêtement est vraiment éco-responsable ?

Voici 3 étapes à suivre pour en avoir le coeur net : 

1. Choisir des matières écologiques

2. Vérifier le lieu et les conditions de fabrication

3. Privilégier les labels de la mode éco-responsable 

Un conseil : ne coupez pas l'étiquette cousue ! 

1. Choisir des matières écologiques

Un vêtement éco-responsable doit respecter l’environnement et les animaux.

Quand on sait que le coton vient d’une fleur, et le polyester d’un baril de pétrole, on se doute que la matière qui constitue un vêtement a un poids considérable dans son impact environnemental.

Sauf que des matières, il y en a plein, et il n'est pas toujours facile de se souvenir des toutes leurs caractéristiques... Voici donc la liste des matières textile à privilégier quand on cherche un vêtement éco-responsable. 

Vêtement éthique et éco-responsable : quelles matières choisir ?

Matières éco-responsables  Matières non éco-responsables
Coton biologique Coton non-biologique
Lin biologique (ou non) Laines non-certifiées
Chanvre biologique (ou non) Fourrure
Jute Angora
Ortie, Ramie Soie
Liège Cuir
Laine certifiée RWS Bambou
Laine biologique Viscose
Plumes certifiées RDS Polyester
Cuir à tannage végétal Polyuréthane
Cuir à tannage low chrome Polyamide
Tencel Lyocell Nylon
Lenzing Ecovero Élasthanne
Modal Spandex
Cupro Lycra
Pinatex Acrylique
Econyl
Polyester recyclé
Coton recyclé
Laine recyclée

Les matières écologiques les plus plébiscitées sont les suivantes : tencel, lyocell, lin, chanvre, jute, liège, coton biologique. Par exemple, le tencel est une matière issue de la pulpe de bois et sa production nécessite 5 fois moins d'eau que le coton !

À lire aussi : Toutes nos fiches sur les matières éco-responsables, et aussi sur celles que l'on rencontre le plus souvent dans la mode

Nos vêtements biologiques

Maintenant qu’on sait quelles matières préférer, parlons de l’épineuse question du lieu de fabrication.

2. Vérifier le lieu et les conditions de fabrication

Un vetement eco-responsable doit être fabriqué dans des conditions socialement acceptables.

Le lieu de fabrication d’un vêtement est souvent un bon indicateur des conditions de travail de ceux derrière la machine à coudre. Certains pays de fabrication sont considérés comme “sûrs” pour les marques éthiques : France, Portugal, Espagne, Italie.

Mais l’effondrement de l’usine Rana Plaza au Bangladesh, responsable de 1137 morts le 13 avril 2014, a marqué l’opinion publique du monde entier, en dévoilant les coulisses déplorables de la fabrication de nos vêtements dans d'autres pays, où la législation est plus légère.

Et pourtant, la majorité des étiquettes de nos vêtements indique toujours : Bangladesh, Pakistan, Inde, Chine, Cambodge, Vietnam, Bulgarie, Turquie, Ethiopie… Normal ?

usine label fairwear responsable ethique

Si on y observe régulièrement des cas de salaires indécents, travail des enfants, exploitation ou insécurité au travail, ces pays moins “sûrs” ne sont pas forcément incompatibles avec la mode éthique.

Il y existe bien des usines éthiques, aux pratiques sociales responsables et décentes. Pour garantir que personne ne souffre lors de la confection, des labels certifiants conduisent des contrôles réguliers et indépendants : Commerce Équitable (Max Havelaar), Fair Wear Foundation (FWF), SA 8000... 

Maintenant qu’on connaît les matières à privilégier, les pays les plus rassurants, et ceux qui présentent parfois des zones d’ombre, parlons justement des labels de la mode éthique. Ce sont eux qui permettent d’affirmer, en cas de doute, qu’un vêtement est bien éco-responsable.

3. Privilégier les labels de la mode éco-responsable

Le label sur une étiquette est l’équivalent d’une note sur un examen. Il doit normalement permettre de certifier qu’un vêtement répond à tout un tas de critères (sociaux ou environnementaux).

En clair, si l’étiquette dit coton biologique, vous trouverez souvent un label pour le confirmer. Si l’étiquette dit “fait en Inde avec amour”, on vous conseille de chercher un label pour l’assurer.

Le problème, c’est que tous les labels ne se valent pas.

Prenons l’exemple du coton. Le label BCI (Better Cotton Initiative) émet des recommandations sur la culture du coton, mais pas de contrôles. Difficile donc d’affirmer qu’un vêtement BCI puisse être vraiment éco-responsable.

À l’inverse, le label GOTS, l’un des plus plébiscités par l’industrie, n’est accordé que suite à des contrôles réguliers et indépendants. Apposé sur un vêtement, il certifie 95% de coton biologique minimum.

Les labels du made in France, eux, souffrent d'une mauvaise réputation, depuis que la fabrication française est devenue un argument marketing redoutable.

Pour éviter le greenwashing, et savoir à qui se fier, on a rassemblé les labels de confiance dans ce tableau :

vetement ecoresponsable label gots oekotex fairtrade madeinfrance peta

Les labels sont parfois source de confusion pour les consommateurs. La mode éthique s'appuie sur des labels fiables. 

Quelles garanties offrent les labels sociaux ?

Logo du label Fair Trade

Fair Trade (ou Commerce équitable, de Max Havelaar) : ce label offre un cadre d’échange équitable aux producteurs de coton, via l’assurance d’un prix juste et stable, tout en réglementant les conditions de travail. 

Logo du label Fair Wear Foundation

Fair Wear Foundation (FWF) : ce label s’appuie sur les standards de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour certifier les usines de confection : salaire décent, liberté d’association, interdiction du travail forcé ou du travail des enfants, contrôle des horaires de travail…

SA 8000 : ce n’est pas un label mais un standard de responsabilité sociétale qui porte sur le respect de conditions de travail décentes, selon les standards de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) , qui peut certifier des entreprises. 

BSCI : BSCI est un préalable à l’obtention de la certification SA 8000, il est donc moins contraignant.

Pour avoir le détail de chaque label, rdv dans notre répertoire de labels. Nous avons tout de même pris soin de répondre à quelques questions courantes.

Comment identifier la mode éthique et bio ?

Côté matières, on s'assure que le vêtement soit composé de matières biologiques, ou écologiques (coton bio, lin, tencel...).

Côté production, on vérifie que le vêtement soit fabriqué en France, en Europe, ou dans les conditions du commerce équitable.

En résumé :

Où trouver des vêtements éthiques et éco-responsables ?

Vous l'aurez compris, il n'est pas toujours simple de repérer à coup sûr un vêtement éco-responsable, même si les 3 étapes ci-dessus sont un vrai coup de pouce.

WeDressFair a pour mission de faire de la mode éco-responsable une norme, pour que vous n'ayez plus à choisir. L'information et la sensibilisation sont les préalables à une consommation plus responsable, surtout dans une filière aussi complexe que celle du textile. En sélectionnant uniquement des vêtements respectueux de l'environnement et des hommes, WeDressFair prouve que la mode n'a pas vocation à être l'ennemie de son écosystème.


Tags : C'est quoi une marque de mode éthique et éco-responsable ?, Pour commencer, Les fiches pratiques